La Drôme posséde de très beaux villages, pleins de charme et de vie. Découvrez les quatre villages drômois fiers d’arborer le prestigieux label » Les Plus Beaux Villages de France ».

La Garde-Adhémar en sentinelle


Du haut de son éperon calcaire, le village, qui a gardé de sa structure médiévale, remparts, vestiges du château et anciennes demeures, offre un point de vue imprenable sur la vallée du Rhône et les monts du Vivarais.
A l’aplomb de l’église, d’anciennes terrasses de jardins potagers villageois, accueillent le Jardin des Herbes : quelques 200 espèces de plantes médicinales. Classé « Jardin remarquable ». Il héberge un bar éphémère certains soirs d’été.
A proximité, un lieu magique : Le Val des Nymphes, à l’ombre d’immenses chênes verts et de cerisiers, rafraîchi par une source jaillissant de la roche. En des temps très anciens, on venait ici célébrer le culte de la fécondité et de la prospérité. Au beau milieu du site, trône la chapelle Notre-Dame (XIème siècle) toute bâtie de pierres blanches. 




Le Poët-Laval et ses chevaliers

Village perché fondé au XIIe siècle par les chevaliers de St Jean de Jérusalem, longtemps abandonné, il est sauvé de l’oubli par un homme passionné d’art et de vielles pierres, Yvon Morin. Dans les années 50, il ouvre l’hôtel-restaurant Les Hospitaliers*** (dont la réputation n’est plus à faire), réalise le centre international d’art et d’animation Raymond Du Puy, et enfin, réhabilite le château, ancienne commanderie des chevaliers de Malte, désormais ouvert au public. L’histoire du Poët-Laval, intimement lié à l‘ordre religieux des Hospitaliers, est aussi marquée par le protestantisme. Le village abrite le Musée Du Protestantisme Dauphinois. Le Poët–Laval est le point de départ de l’un des plus longs chemins de randonnées européens: sur les pas des Huguenots.

Mirmande la bucolique


Cachées derrière les remparts, entrelacées dans un labyrinthe de ruelles, les maisons de Mirmande ont conservé leurs belles façades de pierres et leurs vieilles portes. Derrière ses murs, de jolis jardins exhalent des parfums d’iris et de plantes aromatiques.
Deux hommes ont contribué à la résurrection de ce village : le peintre cubiste André Lhote, attirant de nombreux artistes et organisant des expositions d’envergure, et le vulcanologue Haroun Tazieff qui en fut le maire pendant 10 ans.
Retrouvez ce village sur l’itinéraire n°8




Montbrun-les-Bains et ses eaux bienfaitrices


C’est le pays de Jean Giono, entre les ancestrales Baronnies et le Mont-Ventoux. Bâties sur un roc, les hautes maisons à six ou sept niveaux, chapeautées de tuiles ocre roux, sont dominées par les ruines d’un château renaissance dont ils ne subsistent plus que les tours rondes et crénelées. Les ruelles en pente sont flanquées de rafraichissantes fontaines. Ces petites sources rappellent que Montbrun-les-Bains est avant tout une importante station thermale, reconnue depuis l’époque romaine pour le bienfait de ses eaux sulfurées qui soulagent les rhumatismes et soignent les voies respiratoires. L’établissement thermal, un bâtiment contemporain, construit dans le respect d’un site exceptionnel, permet d’accueillir curistes et amateurs de remise en forme dans un cadre unique et très confortable.
Retrouvez ce village sur l’itinéraire n°12