ProPresse
Commune de Valherbasse
Valence Romans Agglo
Site et monument historiques

Commune de Valherbasse

Commune de Valherbasse
MairieMontrigaud26350 Valherbasse

Valherbasse est née d'une fusion de 3 communes en 2019 : Saint-Bonnet-de-Valclérieux, Montrigaud et Miribel. 880 habitants.

Village de Montrigaud :
Situé entre la Vallée de l'Herbasse et les Chambarans il possède un cadre de vie préservé. On y trouve un étang communal pour les pêcheurs de tanches, perches, gardons et autres brochets, une forêt pour les cueilleurs de champignons et de nombreux sentiers balisés pour les amateurs de randonnées. L'agriculture céréalière constitue la principale activité de la commune avec l'élevage. La tradition locale veut que l'on ne prononce pas le "t" de Montrigaud. On dit donc "Mon-rigaud".
On trouve trace d'un "Montem Rigaudum" dans les cartulaires de 1333. Autrefois, Montrigaud englobait Saint-Bonnet-de-Valclérieux, la terre du Charaix et une partie de Saint-Julien du Grand-Serre. En 1790, la commune devient chef-lieu d'un canton du district de Romans.
En 1613, un dénommé Mazuyer, médecin à Beaurepaire, annonça qu’il avait découvert près du château de Langon un immense tombeau contenant les restes d’un géant de 25 pieds de long pour 10 de large aux épaules, avec une tête de 10 pieds de circonférence. Mazuyer transporta les os du « géant » à Paris afin de les montrer au public, moyennant rétribution, et rallia plusieurs chirurgiens à sa cause. S’ensuivit une interminable querelle de « savants » entre les partisans de la race des géants et ceux qui ne voyaient là que quelques ossements d’animaux. De nombreuses publications parurent sur ce sujet alors très en vogue. Il s’avéra en définitive que les os de « géant » étaient en réalité ceux d’un éléphant ou d’un mastodonte vieux de quelques centaines de milliers d’années !

Village de Miribel :
La commune de Miribel tire son nom du bas latin "Miribellum" qui signifie "belle vue". La première mention de cet arrière-fief de Clérieu remonte à 1080, année où le seigneur Gontard donna l’église, des terres et le tiers des dîmes de Miribel au chapitre de Romans. En 1323, Miribel fut remise en dédommagement aux Poitiers par les Clérieu. Diane de Poitiers vendit la terre de Miribel à Hierosme de Monteux, médecin royal qui assista Catherine de Médicis lors de ses nombreuses grossesses. En 1581, Clauda, petite-fille de Hierosme de Monteux, épousa le capitaine catholique Guigues-Antoine de Rostaing auquel elle apporta Miribel. La famille s’étant éteinte, Miribel revint aux Beaumont jusqu’à la Révolution.
En raison de la présence de la "Tour" et de quelques vestiges d'habitat des XVème et XVIème siècles, on peut situer le noyau d'origine de Miribel à la "Carrière", quartier déjà mentionné au XIème siècle et existant sans doute depuis longtemps. La "Tour", seul vestige de l'ancien château seigneurial de Miribel, daterait du XIIIème siècle. L'ancienne chapelle Notre-Dame-de-Pitié, mentionnée dans un testament du XIVème siècle, conserve deux petites fenêtres en ogive et des peintures aux armoiries des Beaumont.
A voir : L'église Saint-Sever.

Village de Saint-Bonnet de Valclérieux :
Située entre la forêt de Thivolet et le plateau de Chambaran, la commune de Saint-Bonnet-de-Valclérieux offre un large éventail d’activités sportives : randonnée, VTT,...
La plus ancienne mention relative à Saint-Bonnet date de 1166. La paroisse était alors partagée entre les communes de Montmiral et Montrigaud. Pendant longtemps, le village porta le nom de Saint-Bonnet-de-Montrigaud. En 1661, il fut séparé de Montrigaud et devint Saint-Bonnet-de-Valclérieux (« vallée claire » ou « vallée de la clé des ruisseaux ») suite à la requête de dame Eléonore Pothon, dernière héritière du comte Humbert de Chaponnay qui demeurait au château de Solage. Aujourd’hui encore, 40 hectares de bois communaux se trouvent sur la commune de Montmiral. Saint-Bonnet les exploite en tant que propriétaire privé.
Au lieu-dit le Replat furent découverts les vestiges d’une villa gallo-romaine.
Les anciens registres paroissiaux de Saint-Bonnet font mention de fêtes du reinage célébrées en l’honneur de « Mgr St-Clair » au milieu du XVIIème siècle. Pour un jour, chacun pouvait porter le titre de roi, connétable, dauphin, capitaine des gardes…
Au cours d'une promenade, il se peut que vous découvriez des morceaux de verre, vestiges du Moyen Age et témoins d'une époque où les fours brûlaient pour les verriers de Saint-Antoine-l'Abbaye.

Mise à jour le 15/06/2020
Par Valence Romans Tourisme
Votre carnet de voyage est vide. Ajoutez des lieux ou des évènements pour pouvoir les télécharger ici.
Télécharger mon carnet de voyage
Vider