La douceur du climat et la sécheresse de l’air font de la Drôme un leader mondial de la production et de la transformation des plantes à parfums, aromatiques et médicinales. Une concentration d’arômes inégalée qui nous embaume et fait du bien.

La lavande

“Ici la lavande embaume ciel et terre, elle se joue de l’ombre et de la lumière”. Jean GIONO
La lavande est considérée comme un symbole culturel de la Provence grâce à ses déclinaisons de couleurs, de senteurs mais aussi et surtout grâce à ses propriétés. L’histoire de la lavande, des baïassières d’antan aux cultures méticuleuses d’aujourd’hui, rythme les saisons et la vie des hommes de ce pays tout en constituant un patrimoine riche encore à explorer.
Ainsi la tradition autour de la culture de cette plante aromatique, qui remonte à plus d’un siècle, a évolué avec l’ingéniosité humaine et se conjugue aujourd’hui avec une recherche scientifique de haut niveau. La tradition lavandicole dans la Drôme a forgé des paysages d’exception, associée, selon les zones, à d’autres cultures: céréalière sur les plateaux, vinicole en plaine, oléicole ou fruitière en zone de terrasses. Cette diversité invite au voyage, au détour des routes de la lavande, autour d’un parfum, d’une couleur, d’une lumière.





Comment reconnaître les diffé
rentes espèces de lavande ?

Aspic (Lavandula latifolia) : Ses larges feuilles et ses longues hampes florales avec plusieurs épillets la différencient de la lavande fine.
Lavande Fine (Lavandula angustifolia) : La lavande vraie se distingue par ses touffes plus petites et son épi floral. Son huile essentielle, la plus subtile, est recherchée par les parfumeurs et les laboratoires. La lavande fine est cultivé plus largement dans le haut Diois et les Baronnies. Sa floraison : entre mi-juillet et mi août.
Lavandin :Issu de la pollinisation de la lavande vraie et de l’aspic, cet hybride se présente sous forme d’une touffe très développée en forme de boule.Le lavandin est cultivé plus largement  en Drôme Provençale et dans le Diois. Sa floraison : entre mi-juin et mi-juillet.



Période de floraison par secteur géographique :

La floraison de la lavande débute mi-juin autour de Crest et dure jusqu’au début du mois d’août pour les secteurs les plus en altitude du Diois. Quant à la Drôme Provençale, dans la région de Grignan et du Tricastin, le lavandin fleurit aussi à partir de mi-juin. Pour la partie la plus méridionale du département, dans les Baronnies, la lavande commence sa floraison fin juin voire début juillet pour les secteurs les plus élevés (Laborel, Mévouillon, Ferrassières). Nous vous laissons parcourir la carte des Routes de la lavande pour retrouver toutes ces informations et bien d’autres !
Découvrez les routes de la lavande




Le tilleul des Baronnies

Dans les Baronnies, la culture du tilleul a débuté au XIXe siècle. Grâce à un ensoleillement exceptionnel et des précipitations modérées, ce petit territoire produit 75 % de la production française de tilleul. La récolte se fait toujours à la main entre la mi-juin et la mi-juillet suivant l’exposition, l’altitude et les conditions climatiques de l’année. La période de cueillette s’étale sur 10 à 15 jours. Les échelles bien calées contre les arbres (certains tilleuls peuvent atteindre 10 m de haut), les cueilleurs récoltent les fleurs d’un jaune blanchâtre dans des sacs en toile portés en bandoulière. Le séchage se fait, comme autrefois, dans des greniers. Bien à l’abri de la lumière, les fleurs du tilleul sont étalées en couches fines et retournées chaque jour à l’aide d’une fourche en bois. 4 à 7 jours plus tard, devenues craquantes, elles sont emballées dans des «bourras» (de gros sacs en toile de jute) jusqu’à la vente. Le tilleul a des qualités aromatiques, gustatives et pharmacologiques. Il possède en effet des qualités neuro-sédatives (tranquillisant), c’est un antispasmodique très efficace contre les migraines, les indigestions ou les vertiges et on peut bien sûr également le déguster en infusion.


A ne pas manquer : La Fête du Tilleul à Buis-les-Baronnies.

Autrefois, le tilleul se vendait aux négociants lors des foires. Aujourd’hui et depuis près de 200 ans, il n’y a qu’à Buis-les-Baronnies que vous pourrez assister à ce grand rassemblement traditionnel. Ici, le tilleul se fête chaque année tous les 3e samedi de juillet lors d’un marché au tilleul et aux plantes aromatiques associé au «Salon du Livre des Plantes». L’occasion de faire vos réserves !




Les plantes aromatiques

Dès l’Antiquité, les hommes se sont servis des plantes, les unes entraient dans les compositions d’huiles servant à l’embaumage, les autres utilisées comme monnaie d’échange, aussi précieuses que l’or et l’argent. Aujourd’hui, l’appel du « naturel » et des « médecines douces » a  donné un souffle nouveau à deux secteurs distincts, la médecine allopathique et l’industrie pharmaceutique. La Drôme a répondu à cet appel en devenant le premier département producteur de plantes aromatiques en France.

Les  principales espèces à parfum, aromatiques et médicinales cultivées dans le département de la Drôme :

Le Thym : on récolte les sommités fleuries ou les feuilles, lesquelles sont séchées pour être utilisées, à la fois comme aromates et comme plantes médicinales. Des rameaux entiers peuvent être aussi coupés pour utilisation sous forme de « bouquets garnis », seuls ou en association avec d’autres plantes aromatiques.


La Menthe : les feuilles sont utilisées en herboristerie pour la fabrication de tisanes ou dans le secteur pharmaceutique. La plante est aussi distillée pour la production d’huile essentielle servant entre autres à l’aromatisation des dentifrices, chewing-gum, sirops…

Le Romarin : les feuilles sont utilisées dans l’agroalimentaire alors que l’huile essentielle est utilisée en parfumerie et dans le secteur pharmaceutique.

La Sauge sclarée : l’huile essentielle est utilisée en parfumerie et cosmétologie où elle apporte une « note chyprée » caractéristique. La concrète est une pâte obtenue à partir de la plante entière ou des pailles résiduelles de la distillation. On l’extrait à l’aide de solvants tels que l’hexane. La concrète de sauge sert de matière première pour l’extraction du sclaréol ; elle en contient entre 40% et 60%. Le sclaréol est extrait de la concrète. C’est un produit cristallisé de couleur beige utilisé en deuxième transformation sous
forme d »ambrox comme alternative à l’ambre gris de cachalot. L’ambrox apporte une note ambrée ainsi qu’un pouvoir fixateur. Le sclaréol a aussi une utilisation dans l’aromatisation des tabacs. Un débouché marginal existe pour la plante entière dans l’aromatisation des vermouths.




La Reine des prés : le principal débouché est l’industrie pharmaceutique où la Reine des Prés est utilisée pour ses propriétés anti-inflammatoires particulièrement dans le traitement des rhumatismes articulaires.

Le Basilic : c’est une plante fortement aromatique dont le feuillage est utilisé en cuisine et les sommités fleuries en aromathérapie, liquoristerie et en parfumerie. Elle éloigne les moustiques.

A ne pas manquer : la visite de la Maison des plantes à Buis-les-Baronnies